Chien Articles: Exercice

Cinq choses à savoir sur la plaine

« Tous les articles
small dog walking through a prairie

Au cours de leur célèbre expédition en plein cœur de l'ouest des États-Unis, Lewis et Clark ont rempli leurs carnets de minutieuses descriptions de la splendeur du ciel et de la faune sauvage abondante que l'on peut admirer dans cette région. Ils y ont vu des prairies foisonnant de troupeaux de bisons, d'antilopes d'Amérique et de wapitis; des millions d'animaux occupaient cette terre. Au cours de chacune de leurs excursions sur la rivière, ils étaient de plus témoins de paysages comme ils n'en avaient jamais vu auparavant.

La plaine qui s'étend à l'ouest du Mississippi, au nord des montagnes de Bitterroot du Montana, et au sud des vastes plaines du Texas – appelées « American Serengeti » – suscite l'émerveillement encore aujourd'hui. Plus qu'un simple passage obligé vers les imposantes montagnes de l'Ouest, les prairies forment un véritable univers à explorer.

Voici certaines choses à savoir les concernant, pour vous encourager à les découvrir.

1. Tonnerre de sabots

Vous vous en doutiez : Blue Buffalo® est en partie inspirée du bison, ce magnifique animal symbole de force, de survie et d'abondance dans l'Ouest américain. Les autochtones honoraient cette créature noble pour son pouvoir sacré, et la considéraient en harmonie avec la « Terre-Mère ». Pour eux, le bison représentait chaleur et protection.

À une certaine époque, entre 20 et 60 millions de bisons déambulaient dans l'Ouest, mais jusqu'en 1885, ils ont été chassés au point d'être menacés d'extinction. Faisant écho à leur esprit de force et de persévérance, divers efforts de protection ont contribué à leur survie. On estime qu'environ 500 000 bisons occupent de nouveau les plaines nord-américaines, et une excursion sur le territoire s'avère une occasion unique d'assister à leur retour en force.

2. « Rats » des prairies écolos

Les colons qui passaient par les plaines comparaient les sons émis par ces petits animaux à des jappements. Ils ont ainsi été nommés chiens de prairie, même s'ils sont en fait des rongeurs. Extrêmement sociaux, les chiens de prairie vivent en groupes familiaux tissés serrés et très peuplés, appelés clans.

Ils vivent littéralement dans la prairie, à l'intérieur d'un réseau de terriers complexe doté de diverses sorties et « pièces » distinctes imitant celles de nos maisons, comme des chambres à coucher, des pièces pour entreposer la nourriture, et même des salles de bain – électroménagers et tapisserie en moins, bien sûr.

Véritables architectes, les chiens de prairie fabriquent des plateformes surélevées aux portes de leurs terriers, qui semblent plus hautes qu'elles ne le sont vraiment et s'avèrent donc idéales pour monter la garde. Ils possèdent aussi un système de communication élaboré : ils émettent des sons aigus en guise d'avertissement et différents couinements en fonction du prédateur.

Les chiens de prairie font partie intégrante de l'environnement et jouent un rôle important quant à la pérennité de la prairie. Ils nourrissent les aigles royaux, les blaireaux et les coyotes, et leurs excréments fertilisent le sol, rendant service tant aux plantes qu'aux animaux.

3. Profondes racines

Des centaines d'herbes et de fleurs tapissent la prairie, et un réseau complexe de bulbes et de racines les garde bien ancrés dans le sol. Une portion de ces racines qui s'étendent sur 3,7 mètres sous la surface meurent et procure d'importants nutriments au sol.

Les feux de prairie jouent également un rôle majeur sur le plan écologique. Même s'ils se propagent rapidement, atteignent une température élevée et sont extrêmement dangereux, ils laissent derrière des cendres et de la suie bénéfiques qui rafraîchissent et renouvellent le sol. Ils n'endommagent pas le dense système de racines, et de nouvelles pousses peuvent croître rapidement après leur passage.

4. Volées d'oiseaux

Les chasseurs et les observateurs d'oiseaux savent depuis longtemps que certains des oiseaux les plus spectaculaires et prisés se trouvent dans les prairies américaines. Poules des prairies, dindons sauvages, cailles, sturnelles de l'Ouest, buses rouilleuses et autres chevêches des terriers font assurément partie des chouchous des observateurs, alors que les chasseurs n'en ont que pour les gibiers à plumes cachés dans les herbes hautes et touffues.

5. La conservation en héritage

Bien que les plaines représentent une énorme partie de l'héritage naturel des États-Unis, seul un pour cent de ce territoire est resté intouché. Plusieurs organisations et communautés locales ont déployé de grands efforts pour restaurer la prairie et freiner la disparition de l'écosystème.

Parmi leurs bons coups, la création du parc national Theodore Roosevelt au Dakota du Nord, qui regorge de prairies à couper le souffle et a été nommé d'après un acteur de premier plan en matière de conservation de la nature.

Si vous vous attendiez à trouver des étendues plates et ondulantes, vous serez surpris. Les structures de roche volcanique aux reliefs surréels et les terrains dépourvus de végétation vous feront croire que vous êtes sur une autre planète. Pas étonnant que ce lieu hors du commun portant le nom du président Roosevelt lui ait inspiré son écrit The Romance of My Life.

"